Une constellation d’idées a fusé pendant le 1er Startup Weekend dédié au Spatial organisé en France
Previous
RANDOM
AD Avenue Group Inc - Lancement d’INVITE THE MEDIA sur le marché français
Next

PISA : De la science à la lecture, la France n’arrive pas à sortir ses élèves de l’échec

Après TIMSS, c’est au tour de PISA d’annoncer les résultats de son étude sur leurs différentes connaissances acquises en classe, notamment en compréhension de l’écrit. D’après les résultats, le système français continue de creuser l’écart entre les bons élèves et ceux en difficultés. Une étude qui alerte une nouvelle fois sur les méthodes d’apprentissage des fondamentaux dès le plus jeune âge, telle que la lecture. Pourtant il existe des solutions ludiques et pédagogiques pour inciter les enfants à lire et à écrire.

Des résultats signes de lacunes dès l’école primaire

Pointant avant tout les fortes difficultés chez les jeunes en sciences, le rapport PISA démontre que l’apprentissage des fondamentaux comme la lecture n’y est pas étranger. Même si l’on pourrait penser que le frémissement de la courbe de compréhension de l’écrit est une bonne nouvelle, ces chiffres sont hélas loin d’être significatifs. En effet, l’écart ne fait que s’accen- tuer entre bons et mauvais élèves comme le démontre le rapport PISA (voir rapport p.170). Le pourcentage d’élèves en difficulté a même connu une nouvelle augmentation et se situe à 24 % (contrairement à 22 % en 2012). Ainsi depuis 2009, la France n’a pas réussi à sortir un seul élève de l’échec en lecture. Ces chiffres alarmants questionnent sur l’apprentis- sage des bases dès l’école primaire. Même s’ils savent souvent déchiffrer les mots pour la plupart, le manque de vocabulaire les ralentit et il en découle une non-compréhension glo- bale du sens du texte. Alors que l’éducation nationale cherche des solutions dans l’utilisation d’applications numériques qui ne font ni lire ni écrire, selon Carole Barjon*,

« il y a eu un excès de pédagogie au détriment des heures d’apprentissage des fondamentaux et une diminution constante et continue du nombre d’heures d’enseignement du français ».

Si la multiplication des réformes ne semblent pas porter ses fruits, comment améliorer les résultats de l’étude PISA ?

Epopia, la solution pour faire lire et écrire les enfants

Loin du « tout numérique actuel », Epopia, jeune maison d’édition, apporte une solution aux écoles pour donner enfin aux enfants un véritable intérêt à la lecture et à l’écriture. En effet, avec Epopia, les élèves reçoivent du courrier postal et doivent répondre tous ensemble par écrit.
De leurs lettres va dépendre la suite de l’histoire et le sort, par exemple, de tout un royaume ! Pour la première fois, leurs écrits vont avoir une incidence et le travail de lecture et de rédac- tion prend enfin un sens. Ludique et pédagogique, les enfants n’ont pas l’impression de four- nir un effort.

« Les élèves étaient à fond, ils avaient plein de questions et allaient de surprise en surprise ! » confirme Audrey Demesse, professeur des écoles.

Soutenu par de nombreux prix, dont la Médaille d’Or au Concours Lépine 2016, les histoires par courrier d’Epopia ne seraient-elles pas la formule magique que tout le monde attend ?

epopia2

*Carole Barjon est journaliste à l’Obs et auteur du livre « Mais qui sont les assassins de l’école ? » aux éditions Robert Laffont

À propos d’Epopia:
Fondée en 2014 par Rémy Perla, Rêve aux Lettres (devenu Epopia en juillet 2016) regroupe écrivains, informaticiens, illustrateurs, graphistes, enseignants pour faire rêver les enfants et libérer leur imagina- tion à travers la lecture et l’écriture. La maison d’édition place le jeune lecteur au centre de sa propre histoire en lui permettant d’influer sur celle-ci. Sa promesse: Avec Epopia, lire et écrire devient un jeu ! Ce concept inédit d’aventures épistolaires interactives et personnalisées a remporté la Médaille d’Or du Concours Lépine et repose sur une technologie primée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Aujourd’hui, Epopia rassemble, deux ans après son lancement commercial, plus de 17 000 lecteurs francophones dans plus de 45 pays à travers le monde.

 

What's your reaction?
I Love It
0%
Cool
0%
It's OK
0%
What?
0%
I'm Sad
0%
I Hate It
0%

Leave a Response